Comment stocker ses bitcoins ?

Il y a 11 ans, un certain Satoshi Nakamoto publie un papier en ligne qui va lancer le monde des cryptomonnaies avec la première et la plus célèbre : le Bitcoin. Aujourd’hui, cette monnaie s’est démocratisée et a gagné en popularité, malgré le fait qu’elle demeure encore assez obscure pour le grand public.

Le Bitcoin a pour ambition de se proposer comme alternative à nos monnaies classiques de part son fonctionnement technique et économique. Tout d’abord, il faut se rappeler que le Bitcoin est une monnaie (on peut payer avec, même si ce n’est pas son usage principal aujourd’hui) et ce malgré le fait que sa valeur varie énormément. Et comme toutes monnaies (ou crypto-monnaies) on les stocke sur un portefeuille – en réalité un programme informatique.

Un portefeuille Bitcoin peut être résumé à:

  • une clé publique, elle permet de vous “identifier” sur la blockchain. Elle est créée à partir de la clé privée. 
  • une clé privée (c’est comme vos identifiants bancaires.), elle permet de retrouver votre wallet en prouvant que vous en êtes bien le détenteur et de pouvoir réaliser des transactions. La clé privée est un nombre compris entre 1 et 2 puissance 256. Elle est donc représentée sur 256 bits (c’est à dire 256 0 ou 1), et il est donc confortable de l’écrire en hexadécimal (c’est à dire en base 16). Ainsi, la clé privée est une suite de 64 caractères hexadécimaux (0,1,2,3,4,5,6,7,8,9,a,b,c,d,e,f). Il est IMPOSSIBLE de récupérer une clé privée en cas de perte, ce qui entraîne la perte du wallet et les bitcoins dessus.
  • les adresses Bitcoin : elle sont générées à partir de votre clé publique et elles permettent de recevoir des bitcoins. Une bonne pratique est de changer d’adresse à chaque transaction.

Lorsqu’on est novice dans le secteur faire le choix d’un “wallet” peut vite s’avérer compliqué. Pour commencer Il y a 2 types de portefeuilles : 

  • Les hot wallets
  • Les cold wallets

La différence entre ces deux types de wallets est que les hot wallets sont connectés à internet, tandis que les cold wallets ne le sont pas.

Les hot wallets

Ce sont les plus populaires et (pour la plupart) les plus “faciles” à créer. On peut regrouper également les portefeuilles par rapport à votre implication dans le bitcoin (un mineur n’aura pas les mêmes besoins qu’une personne voulant juste mettre des sous de côtés).
Le logiciel d’origine dans la blockchain du Bitcoin est le Bitcoin core. C’est un wallet un peu particulier puisqu’il consiste à télécharger l’intégralité de la blockchain (depuis la création du Bitcoin !) et il permet de vérifier les transactions. Ce portefeuille est un noeud complet et le fait que l’on peut vérifier toutes les transactions (y compris les nôtres) assure un niveau très haut de sécurité pour les transactions. C’est aussi le premier logiciel créé pour le bitcoin par Satoshi nakamoto. Il assure un certain contrôle des fonds puisque l’on détient nos clés privées mais étant un logiciel à installer,elles sont stockées sur l’ordinateur et est donc vulnérable aux attaques informatiques. Ce logiciel est également compatible avec TOR ce qui assure une certaine confidentialité. Ce wallet est intéressant dans la mesure ou on ne passe par un tiers pour faire respecter les règles de consensus. Il propose un wallet ou l’on peut ajuster ses frais de transactions. Le wallet n’est par contre pas « user friendly » et demande certaines connaissances en informatique, et ce malgré l’interface graphique. Il nécessite aussi un téléchargement initial très volumineux et une bonne bande passante.

Pour les personnes ne souhaitant pas s’accommoder de tous ces inconvénients et seulement stocker leurs cryptos, elles peuvent se tourner vers des portefeuilles en lignes. L’avantage de ces derniers est qu’ils sont souvent plus simples à utiliser et on peut y accéder avec un mot de passe défini par nous-même. On peut également stocker différentes cryptomonnaies dessus. En effet, si l’on ne souhaite pas avoir que du Bitcoin, on peut passer par des plateformes d’échanges comme Binance pour échanger ses Bitcoins contre des altcoins, ou Kraken et Coinbase pour faire des échanges de monnaie fiduciaire à crypto, et vice-versa. Ces plateformes peuvent proposer un portefeuille intégré, mais conserver ses Bitcoins dessus est fortement déconseillé puisque la clé privée est stockée par le site et si la plateforme subit une attaque on est susceptible de perdre notre argent. Le fait que l’on ne possède pas réellement notre clé privée implique qu’on ne possède pas également nos cryptos. Not your keys, not your bitcoins!

Il existe cependant un grand nombre de hot wallets, dits non custodial, ou l’utilisateur possède réellement ses clés, et donc ses bitcoins. En règle général, la clé n’étant pas quelque chose de facile à mémoriser ou à noter sur le papier, cette dernière est générée déterministiquement à partir d’une seed, c’est à dire une suite aléatoire de 12 ou 24 mots pris dans un dictionnaire de 2048 mots. Ainsi, la probabilité pour un attaquant de retrouver votre seed est équivalente à celle de retrouver votre clé privée. L’utilisateur n’a pas alors plus qu’a noter sur papier cette suite de mots (attention, l’ordre importe), et elle lui permettra d’accéder à ses fonds, la clé privée étant générée à partir de la seed.

De nombreux hots wallets non custodiaux sont aujourd’hui disponibles sur mobile, et on peut citer par exemple Samourai, Zap ou Eclair.

Les clés privées peuvent aussi être stockées sous forme de cold wallet dans des coffres fort physiques ce qui augmente la sécurité.

Les cold wallets

Ces cold wallets sont des sauvegardes de clés privées qui ne sont pas reliés de quelque manière que ce soit à Internet ce qui limite le risque d’attaque informatique. 

Les cold wallets s’adressent principalement à des personnes qui possèdent beaucoup de bitcoins/cryptomonnaies et/ou qui veulent une sécurité optimale. Ils se présentent sous forme de portefeuilles physiques sur lesquels on peut stocker en dehors du réseau nos bitcoins. Les hardwares wallets sont des dispositifs électroniques qui se connectent à un ordinateur (USB ou bluetooth).

Il y a différentes marques qui proposent ces wallets, et il y’en a pour toutes les bourses. Trezor, qui comme son nom l’indique propose des coffres (dispositif USB) qui mettent à l’abri nos bitcoins (et altcoins). Le Trezor T est leur wallet le plus populaire.

Coolwallet S, un autre wallet d’une entreprise concurrente a l’aspect d’une carte bancaire. Son format insolite permet d’être rangé facilement dans un portefeuille et pour pousser l’expérience portable plus loin, la carte est en synergie avec son application mobile associée de telle sorte qu’une transaction est impossible tant que les 2 appareils ne sont pas la portée de l’utilisateur. Enfin, le wallet est compatible avec les principales cryptos et les autres tokens ERC-20.

Dans ce secteur il y a également Ledger, une société française, qui propose des cold wallets sécurisés et pouvant accueillir différentes cryptos. Pour pouvoir authentifier nos transactions avec un cold wallet, il faut brancher notre cold wallet (souvent sous la forme d’une clé usb) à un PC sur lequel un logiciel est installé. Une fois lancé ET le hardware wallet branché, on peut avoir accès à nos fonds et pouvoir réaliser des transactions. Ledger s’est imposé sur le marché des cold wallet principalement grâce à son Ledger Nano S qui propose un rapport sécurité/prix excellent. Son fonctionnement est simple et la marque française insiste sur le fait que lorsque l’on possède des cryptos, on possède en réalité la clé privée nous permettant l’accès à nos fonds. C’est sur ce principe que sont basés les cold wallets il ne faut pas les voir comme des portefeuilles physiques, mais comme des passerelles nous permettant d’y accéder. Le logiciel fourni est “user friendly” puisqu’il est conçu de la même manière que les wallets classiques. Mais la marque ne compte pas s’arrêter là puisqu’elle propose des solutions adaptées à des professionnels qui gèrent de grandes quantités de bitcoins ou altcoins et grâce à son expérience pour la blockchain et le hardware, Ledger essaye de se développer sur le marché des IoT (Internet of Things) et des objets connectés.

Enfin loin de toute connexion, il existe des “Papers wallet” sur lesquels sont imprimés notre clé publique et la clé privées. Ils peuvent s’avérer être une bonne solution pour stocker des bitcoins à long terme. De plus pour pouvoir effectuer une transaction il faut transférer les bitcoins du paper wallet sur un hot wallet ,il est donc à usage unique une fois qu’on l’a utilisé sur un ordinateur, la sécurité n’est plus garantie. Ce manque de simplicité et la complexité d’usage repousseront les néophytes, même si les paper wallets sont un bon moyen d’offrir des bitcoins à quelqu’un qui n’en a pas encore. Une idée de cadeau à déposer au pied du sapin ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.